17 août 2005

La petite Lili (2003) de Claude Miller

Petit LiliElle :
Malgré un casting de choix (Nicole Garcia, Ludivine Sagnier, Julie Depardieu, Marielle, Giraudeau, cette très libre adaptation de La Mouette de Tchékhov est décevante. Une famille se retrouve pour l’été dans la belle maison de famille au bord du Morbihan. Et là se nouent des relations tendues entre une mère et un fils, le jeune cinéaste et sa copine, la copine et l’amant de la mère etc… et tout cela dans le milieu parisien branché du cinéma. On a du mal à se sentir concerné par cette histoire de jalousie, d’amour déçu. On se sent en permanence maintenu à distance et les problèmes de cette famille touchent peu car on n’y croit pas.
Note : 2 étoiles

Lui :
Si le ton du film et les acteurs sont plaisants, le fond de l’histoire n’est pas très intéressant et on la regarde d’un oeil extérieur, sans vraiment se sentir concerné ou impliqué. Sans doute, y a t-il un peu trop de clichés sur les rapports faux entre les gens et d’effets un peu faciles pour attirer le spectateur (l’histoire se passe dans le monde du cinéma sans doute censé nous attirer comme un aimant…).
Note : 2 étoiles

Acteurs: Nicole Garcia, Bernard Giraudeau, Jean-Pierre Marielle, Ludivine Sagnier, Julie Depardieu
Voir la fiche du film et la filmographie de Claude Miller sur le site IMDB.

Voir les autres films de Claude Miller chroniqués sur ce blog…

4 commentaires sur « La petite Lili (2003) de Claude Miller »

  1. Bonjour Dylan et merci pour tes commentaires. Sois le bienvenu sur notre petit blog cinéma.

    Tes remarques sont intéressantes et, en tant qu’acteur, tu as une perception des textes de Tchekhov que nous ne pouvons avoir que difficilement. Ceci dit, mon impression personnelle est que Tchekhov est certainement adaptable : comme tu le dis, quelle que soit la société, les rapports entre humains restent basés ou plutôt régis par quelques sentiments de base assez immuables.
    C’est ainsi que nous pouvons regarder certains films réalisés il y a 40 ou 80 ans, ou lire des auteurs d’il y a plusieurs siècles, sans se sentir franchement décalé.
    Amicalement,
    Remi

  2. Bonjour Dylan, c’est gentil d’être passé par là pour nous mettre ton premier commentaire 🙂
    J’ai lu ces livres de Tchékhov mais il y a très longtemps si bien que j’ai un peu de mal à t’em parler. J’avais d’ailleurs beaucoup aimé. En ce qui concerne les adaptations de romans au cinéma, je ne veux pas généraliser mais je suis assez souvent déçue. La courte durée d’un film oblige à prendre parfois de sacrés raccourcis notamment en ce qui concerne les pensées intérieures des personnages. La patte du réalisateur comptera beaucoup pour la réussite du projet. Et toi qu’as-tu vu comme bonne adaptation de roman? Amitiés.

  3. Bonjour à vous !
    Je tombe par hasard sur votre blog en recherchant dans google « critique la petite Lili » que je viens de visionner hier soir. La curiosité et l’envie de vérifier mon impression sur ce film m’a poussé à faire cette recherche. Je m’aperçois en vous lisant ce qui m’a laissé un désagréable sentiment d’avoir été floué. La fin d’un film est souvent déterminante dans le souvenir qu’il laissera, lorsqu’on éteint l’écran. Est-on capable de raconter l’intrigue plusieurs jours après l’avoir vu ? Y a t’on repensé le lendemain ? Bref, ce film démarre bien, s’enlise à mi-chemin dan s des travers trés parisiens, trés superficiels, et s’achève avec une scène pour initiés des plateaux de cinéma dnas laquelle chacun se connait, se cotoie et finalement s’observe dans le miroir.
    Mais je ne suis pas aussi synthétique que vous qui avez touché le vrai défaut de ce film : le spectateur est comme détaché de ce milieu qui ne le concerne pas et ^ù les sentiments des personnages sont insuffisamment dessinés, où l’intrigue mèlent trop de personnages passant de l’un à l’autre sans véritable nécessité narrative. Le jeu de certains comédiens rattrappe une partie de cet échec, mais reste un simple exercice de style qui ne mérite sans doute pas de perdre 90 minutes de notre courte existence …

    J’espère que ces quelques lignes maladroites trouveront grâce à vos yeux, étant moi-même un gra nd amateur de cinéma, mais n’ayant jamais pris la peine de réfléchir de façon critique et argumentée aux films que je visionne.

    Bien amicalement

  4. Bonjour Zara,
    et merci pour ces impressions qui me semblent nettement plus que « quelques lignes maladroites ». Vos commentaires sont intéressants.

    C’est vrai que c’est un excercice plutôt enrichissant de coucher sur papier les raisons pour lesquelles on a apprécié ou pas un film, cela nous amène souvent à avoir un regard différent, pas tant sur le film lui-même d’ailleurs mais sur nous-même en tant spectateur (dit comme cela cela paraît un peu pédant, mais c’est pourtant le cas…). En tout cas, personnellement je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *