15 juillet 2005

Adieu Philippine (1963) de Jacques Rozier

Adieu PhilippineElle :
Pour le dernier film de notre rétrospective Jacques Rozier, nous avons droit à un délicieux moment de grâce, fraîcheur, spontanéité et humour. Adieu Philippine est son tout premier film et, à mes yeux, le meilleur ; il fait partie des petits joyaux de la Nouvelle Vague. Cette histoire de rivalité amoureuse entre deux amies inséparables pour Michel, opérateur à la télévision se passe au tout début des années 60 sur fond de guerre d’Algérie. Jacques Rozier jette un regard malicieux et insouciant sur la société française qui commence à se débrider sur des airs de rock et de tcha-tcha-tcha. Il nous entraîne également dans les coulisses de la télévision et du Club Méditerranée de Corse. Le film bien construit cette fois-ci reflète avec sensibilité l’élan de la jeunesse de cette époque.
Note : 5 étoiles

Lui :
Adieu PhilippineCe premier film de Jacques Rozier est vraiment attachant, dépeignant de façon assez libre et originale un trio de deux jeunes filles et un garçon. Contrairement à ses films suivants (auxquels je n’accroche absolument pas), l’improvisation ne se sent pas dans Adieu Philippine, elle est parfaitement intégrée au film et lui donne une incroyable fraîcheur. Vu quarante ans après sa sortie, il revêt en plus un caractère quasi documentaire sur la vie à 20 ans en 1960. Il y a aussi quelques scènes montrant les coulisses d’un tournage des émissions de télévision, avec un nombre incroyable d’acteurs entrevus au détour des plans. Un beau film, réaliste, tendre et plein d’humour.
Note : 5 étoiles

Acteurs: Stefania Sabatini, Yveline Céry, Jean-Claude Aimini, Daniel Descamps
Voir la fiche du film et la filmographie de Jacques Rozier sur le site IMDB.

Voir les autres films de Jacques Rozier chroniqués sur ce blog…

3 réflexions sur « Adieu Philippine (1963) de Jacques Rozier »

  1. Je ne connais pas tout les films que vous citez mais quelque uns quand même.

    Sans prétention aucune de ma part puis-je vous suggérer de voir « Le Pianiste » de Roman Polanski qui traite du sort d’un juif dans le getho de Varsovie (autobiographie de Wladislaw Spilman).
    Un autre film que je vous suggere vivement est « USS SHARLESTON » film australien je crois et à ne surtout pas confondre avec l’américain USS ALABAMA.

    Bien sûr cela reste des suggestions mais j’aimerais beaucoup avoir votre avis sur ces films.

    Bien à vous,
    Laetitia

  2. Un film que je revois toujours avec plaisir. Pas de vedettes, on sent bien que l’histoire n’est pas complètement écrite mais on reste accroché tout au long de la projection. D’abord parce qu’on se sent prés des interprètes , peut être car ce sont des amateurs, pour beaucoup ce sera leur seule apparition au cinéma, parce que Rozier filme à hauteur humaine . Rozier est estampillé Nouvelle Vague, mais pas d’ innovations techniques parfois un peu tarabiscotées à la Godard ou des critiques de classe un peu lourdes à la Chabrol , la mise en scène reste simple et nous nous sentons proches de Michel et ses deux nénettes . Et avons le plaisir d’assister à la vie de français ordinaires au début des 60’s : une visite familiale, le tournage des émissions télé sous l’ORTF, un peu d’anti-conformisme ( le ménage à trois; Michel larguant son boulot sur un coup de tête sans trop craindre le lendemain, on est dans les trentes glorieuses…), la virée en Corse dans un Club Méditerranée pas encore coté en bourse ni envahi par les bronzés de la prochaine décennie.
    Je connais pas trop bien les autres films de Jacques Rozier, Maine Océan m’a laissé un agréable souvenir, mais un réalisateur qui a commis ces « Philippines  » et découvert Bernard Menez ne peut pas être complètement à négliger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *