27 mai 2005

« Osama » (2003) de Siddiq Barmak

OsamaElle :
Ce premier film afghan sur le régime des Talibans est à la fois poignant et lumineux grâce à la petite Osama, cette jeune adolescente qui doit se faire passer pour un garçon pour subvenir aux besoins de sa famille. Ce film fait avec peu de moyens parvient à restituer les sentiments de terreur qu’éprouvent les femmes afghanes. Humiliation, emprisonnement, lapidation, pas de droit à l’éducation et au travail. Elles sont condamnées à vivre emprisonnées dans leur statut de femme sans aucun espoir d’en sortir. Le réalisateur montre également la répression et le machisme des hommes, leurs rites mécaniques, la formation des futurs talibans dans les écoles coraniques. Les images sont belles et émouvantes. Pas un mot de trop… reste surtout le regard bouleversant d’Osama qui appelle au secours.
Note : 5 étoiles

Lui :
C’est un film témoignage, qui nous dresse un portrait assez terrifiant de la position des femmes en Afghanistan sous le régime des Talibans. Siddiq Barmak sait montrer simplement les choses sans chercher à faire des images-choc, sans en rajouter sur côté émotionnel. Ce n’est pas un documentaire puisque le scénario nous fait suivre le trajet de la petite Osama qui doit se travestir en garçon pour tenter de faire vivre sa famille. Fort bien réalisé, c’est un film à la fois poignant et révoltant.
Note : 4 étoiles

Acteurs: Marina Golbahari
Voir la fiche complète du film et la filmographie de Siddiq Barmak

6 commentaires sur « « Osama » (2003) de Siddiq Barmak »

  1. C’est un très beau film, bien filmé, joué juste,
    images superbes mais terriblement angoissant, emouvant.Il ne laisse en aucun cas indifférent.
    Superbement triste…

  2. Voilà un film important, dur mais beau, poétique, doux et violent. J’ai écris un texte sur ce film. Ce film est tout simplement une bonne nouvelle.

    Benoît

  3. Merveilleux film. Je pourrais le voir et le revoir encore et encore, mais ça ne servirait à rien: La leçon qui est à en tirée m’a sauté aux yeux dès le premier visionnement. Nous qui vivons dans un pays où les femmes ont beaucoup de droit, autant que les hommes, oserions-nous encore nou plaindre après avoir vu le regard implorant de la très attachante Osama? Les acteurs sont formidables même si non-professionels. Le jeune Espandi est réellement craquant dans le film, quand il protège Osama contre les autres garcons. Dommage que la réalité ne soit pas comme les films, j’aurais osé voir Osama avec Espandi. car bien que ce soit un film cette histoire est plus que réelle et que donc immédiatement il n’y a pas d’histoire d’amour tout mignone. Il y a possibilité de mêler les deux, réalité et amour féérique, voyons le dans « Titanic », mais ce serait déjà moins touchant. Bref, un grand bravo au réalisateur et acteurs.

  4. Bonjour !

    Tout-à-fait d’accord avec le texte de Ulrich _yumi_odd. Mais, en Occident, faute d’éducation convenable dans leur milleu d’origine, des femmes (et des hommes) se laissent enfermer dans des prisons psychiques et même, en réalité, car le dicton « Nul n’est censé ignorer la loi » est loin d’être une vérité. Dans la sphère privée, des personnes peuvent réellement manquer de liberté, en cas de violences conjugales. Qu’une femme meure en France des suites de telles violences tous les quatre jours prouve bien que la loi ne fait pas évoluer les mentalités aussi rapidement que cela et, quand on est dans cette situation, malgré les droits à prétendre à autre chose : intégrité physique et mentale, il est difficile de s’extirper de la relation avec l’entourage. Je veux dire que l’état d’esprit de l’occidental(e) victime de violences, dans l’isolement de la sphère privée, souffre comme tout être opprimé quand il(elle) ne sait pas qu’elle peut s’en sortir, ni comment.

  5. J’ai vraiment beaucoup aprécié ce film que je suis allée voir il y a peu de temps avec mon collège, il m’a beaucoup émue et je pense que nous avons tous quelquechose à retirer de cette histoire si touchante. Je ne croyais pas (peut-être est-ce à cause de ma naïveté d’adolescente) que de telles choses pouvaient encore exister de nos jours et en sortant de la salle je me suis vraiment dit que j’avais de la chance de vivre dans un pays où les hommes et les femmes sont à peu près égaux. Je trouve tout de même que ce n’est pas normal que les autres nations aient pu laisser agir les talibans ainsi et qu’aujourd’hui encore la crainte de leur retour en tant que dirigeants de l’Afghanistan plane toujours !

  6. À ne pas confondre avec un film qui devrait probablement sortir dans pas longtemps : Osama B.L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *