21 novembre 2019

L’enquête (1965) de Gordon Douglas

Titre original : « Sylvia »

L'enquête (Sylvia)Un millionnaire engage un détective privé pour enquêter sur le passé de la femme qu’il va épouser…
Adaptation d’un roman d’E.V. Cunningham (pseudonyme de l’écrivain black-listé Howard Fast), L’enquête est un film américain peu connu. Si cette histoire était certainement inconvenante dans les années soixante, ce n’est plus le cas aujourd’hui, elle paraît même très classique dans son déroulement. Le chemin de piste suivi par le détective nous fait rencontrer des personnalités diverses et le meilleur du film est dans ces nombreux seconds rôles fort bien interprétés. On ne retrouve pas hélas ces qualités dans les deux rôles principaux, Carroll Baker est vraiment très belle mais ne donne pas de profondeur à son personnage et George Maharis est bien fade et étonnamment raide. La photographie en noir et blanc, signée par le quadruple-oscarisé Joseph Ruttenberg, est plutôt belle.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Carroll Baker, George Maharis, Joanne Dru, Viveca Lindfors, Edmond O’Brien, Ann Sothern
Voir la fiche du film et la filmographie de Gordon Douglas sur le site IMDB.

Voir les autres films de Gordon Douglas chroniqués sur ce blog…
L'enquête (Sylvia)Carroll Baker, Paul Gilbert (en travesti) et ? dans L’enquête (Sylvia) de Gordon Douglas.

SylviaAnn Sothern et George Maharis dans L’enquête (Sylvia) de Gordon Douglas.

Homonyme (sans relation) :
Sylvia de l’anglaise Christine Jeffs (2003) avec Gwyneth Paltrow et Daniel Craig.

2 réflexions sur « L’enquête (1965) de Gordon Douglas »

  1. Bonjour,
    j’ai beaucoup aimé le livre et je serais curieux de voir ce film. Pourriez vous me dire sur quel support vous l’avez vu?
    Cordialment,
    Christophe Lepla

  2. J’avais enregistré ce film sur Paramount Channel qui l’a diffusé début septembre, il me semble.
    Je veux bien croire que le roman est plus remarquable que le film. Je vois de voir que le livre porte un bandeau qui le définit comme « le premier roman noir féministe ».
    S’il est présent dans le livre, ce côté féministe a un peu disparu dans l’adaptation car je ne l’ai pas vraiment ressenti. Certes, on peut dire que cette femme veut choisir sa vie et qu’elle sait refuser les avances (du moins certaines) mais j’ai l’impression que c’est plus les aspects plutôt sulfureux du récit qui ont intéressé les producteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *