17 mai 2016

Cartouche (1962) de Philippe de Broca

CartoucheA Paris, au début du XVIIIe siècle, le jeune Dominique s’affranchit de la tutelle du chef des voleurs et s’engage dans l’armée sous le nom de Cartouche. Avec deux compères La Douceur et La Taupe, il vole la paie de l’armée et rencontre la jeune et jolie Vénus… Produit par les producteurs de Fanfan la Tulipe, Cartouche est né de l’annulation d’un projet d’adaptation des Trois Mousquetaires (stoppé du fait de l’annonce de la version de Borderie). L’idée est avant tout de faire un grand divertissement et donc la vérité historique n’est pas recherchée : on fait de Cartouche un bandit un grand coeur qui ne vole que les riches et donne tout aux autres. C’est le premier gros budget pour Philippe de Broca qui apporte un style nouveau au film historique, à cheval entre le classicisme de Fanfan la Tulipe et les explorations de la Nouvelle Vague. Il apporte au genre du divertissement historique beaucoup de fantaisie et d’énergie même si on peut regretter que le scénario tourne finalement un peu en rond. La photographie de Christian Matras est de tout premier ordre tout comme le casting, très étoffé. Belmondo a mis un point d’honneur à effectuer toutes ses cascades, particularité qu’il conservera tout au long de sa carrière. Avec la rayonnante Claudia Cardinale, ils forment un couple particulièrement séduisant. Cartouche fut un très grand succès, qui allait marquer durablement la carrière de Philippe de Broca.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Jean-Paul Belmondo, Claudia Cardinale, Jess Hahn, Marcel Dalio, Jean Rochefort, Philippe Lemaire, Noël Roquevert, Odile Versois, Jacques Balutin, Pierre Repp
Voir la fiche du film et la filmographie de Philippe de Broca sur le site IMDB.

Voir les autres films de Philippe de Broca chroniqués sur ce blog…

Cartouche
Jean-Paul Belmondo et Claudia Cardinale dans Cartouche de Philippe de Broca.

2 commentaires sur « Cartouche (1962) de Philippe de Broca »

  1. Ah oui, c’est une belle fin, que l’on qualifier de tragique ou de mélancolique selon ses affinités, mais loin d’un classique happy-end hollywoodien… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *