21 juillet 2014

Un roi à New York (1957) de Charles Chaplin

Titre original : « A King in New York »

Un roi à New YorkFuyant son pays en révolution, le roi Shahdov se réfugie aux Etats Unis. Détroussé par son ancien premier ministre et donc sans argent, il se trouve contraint de faire des publicités… Un roi à New York est un film généralement peu estimé, du moins pas estimé à juste valeur. On le réduit trop souvent à un déversoir de rancoeurs. Certes, c’est le premier film fait par Chaplin en Europe après avoir été expulsé des Etats-Unis (1) et le cinéaste ne se prive pas de montrer les excès de cette paranoïa anticommuniste qui culminait alors, mais le film est aussi un regard sur la société qui l’entoure, l’omniprésence de la publicité, de la télévision, du culte de la jeunesse. Quelques gags parsèment le film ici et là comme toujours avec Chaplin. Les charges les plus virulentes, il les porte par la bouche d’un garçon de dix ans (assez avancé pour son âge quant à sa faculté de raisonnement !) qui est interprété par son propre fils, Michael Chaplin. Roberto Rossellini a dit qu’Un roi à New York était avant tout « le film d’un homme libre »(2).
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Charles Chaplin, Oliver Johnston, Dawn Addams
Voir la fiche du film et la filmographie de Charles Chaplin sur le site IMDB.

Voir les autres films de Charles Chaplin chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Charles Chaplin

Remarque :
* Le film ne sortira aux Etats Unis que 15 ans plus tard, à partir de 1972, date de son retour en grâce. Il recevra un Oscar d’honneur (et l’étoile à son nom dans le Hollywood Walk of Fame, qui avait été retirée dans les années cinquante, sera replacée !)

(1) En septembre 1952, alors qu’il se rend avec sa famille en Angleterre, Chaplin apprend en pleine traversée qu’il ne sera pas autorisé à rentrer aux Etats Unis. On l’accuse d’être communiste.

(2) Phrase citée par Noël Simsolo dans son texte « Chaplin et ses images » inclus dans le livre « Chaplin aujourd’hui » sous la direction de Joël Magny (Cahiers du cinéma, 2003).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *