7 mars 2011

L’affaire Farewell (2009) de Christian Carion

L'affaire FarewellLui :
S’inspirant de faits supposés réels, L’Affaire Farewell dévoile au grand jour l’une des plus grandes affaires d’espionnage de la Guerre Froide, un épisode qui aurait contribué à affaiblir l’Empire soviétique et, à long terme, contribué à provoquer sa chute. Nous sommes en 1983 à Moscou. Un colonel du KGB fournit à un petit cadre français sans histoire des informations capitales sur les agents de l’Est opérant à l’Ouest… Le rôle de ce colonel du KGB est tenu par Emir Kusturica, le réalisateur yougoslave montrant une présence étonnante à l’écran. Face à lui, Guillaume Canet est très crédible en homme dépassé par les évènements. Après une bonne mise en place, L’Affaire Farewell accuse une petite baisse de tension en milieu de film, devenant un peu répétitif, mais devient plus passionnant sur son derniers tiers, assez surprenant sur ses révélations finales. Sur le fond, il montre bien les rapports entre les services d’espionnage français et américains et la façon dont les seconds ont exploité les premiers. L’Affaire Farewell montre que le cinéma français sait aussi faire de bons films d’espionnage.
Note :  étoiles

Acteurs: Emir Kusturica, Guillaume Canet, Fred Ward, Ingeborga Dapkunaite, Philippe Magnan, Niels Arestrup
Voir la fiche du film et la filmographie de Christian Carion sur le site IMDB.

Voir les autres films de Christian Carion chroniqués sur ce blog…

2 commentaires sur « L’affaire Farewell (2009) de Christian Carion »

  1. Alors là, tout à fait d’accord avec vous. Ce film souffre généralement d’une certaine mauvaise réputation, et je n’ai pas vraiment compris pourquoi. Peut-être parce qu’il s’est un peu trop appuyé, à l’heure de sa promotion, sur le label « tiré d’une histoire vraie ».

    Franchement, tout est crédible, et pour cause, et le duo Canet/Kusturica fonctionne plutôt bien. Pas un grand film, mais un bon petit film, qui ne tombe pas dans le piège d’une certaine naïveté.

  2. Les faits ne sont pas  » supposés rééls ». Et pour cause, l’histoire est vraie.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Vladimir_Vetrov

    Vetrov a fini avec une balle dans la nuque dans une cave de la prison du KGB en janvier 85 après avoir été donné par son épouse alors que le service l’avait arrêté pour autre chose et tournait en rond à la recherche du type qui était entrain de les saigner à blanc …Du grand classique digne du cinéma quoi.

    Au demeurant la plus grande affaire d’espionnage du XXième siècle et peut être de l’Histoire par ses conséquences. C’est l’opinion de Vladimir Kryoutchkov ex chef du KGB jusque 91 et qui a fait executer Vetrov. Mort en 93, il répétait  » L’URSS n’est pas tombé. Nous avons été trahis. » Et ce point de vue est factuellement largement défendable…

    Bon film à voir absolument pour les amateur du genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *