18 novembre 2006

Double messieurs (1986) de Jean-François Stévenin

Double messieursElle :
Je me faisais une joie de revoir ce film que j’avais aimé il y a 15-20 ans, mais c’est une grosse déception. Je trouve le scénario invraisemblable, inintéressant. (Abandon).
Note : 0 étoile

Lui :
C’est un film très particulier, très personnel. Au début, on a l’impression que le film est déstructuré mais en fait on se laisse gagner par son atmosphère, par cette connivence si particulière entre Stévenin et Yves Afonso, intrépide grand gamin. Les deux compères ont des réactions inattendues, qui nous surprennent sans arrêt, frôlant parfois l’invraisemblable. Avec Carole Bouquet, le trio tient tout le film  qui, hélas, traîne toutefois un peu en longueur.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Carole Bouquet, Yves Afonso, Jean-François Stévenin
Voir la fiche du film et la filmographie de Jean-François Stévenin sur le site imdb.com.

Voir les autres films de Jean-François Stévenin chroniqués sur ce blog…

5 réflexions sur « Double messieurs (1986) de Jean-François Stévenin »

  1. je viens de voir le film à la tv…
    je pense que c’est un film intéressant, mais la succession de reactions inatendues en plus des lourdeurs m’ont pas fait passer un moment impérissable.
    c’est vrai qu’en plus on comprend pas tout ce qui se dit, ni trop l’histoire

  2. on ne peut pas se permettre de vous laisser dire ça, sylvie et alain. Je ne sais pas quel âge vous avez. C’est ridicule.

    Alain. Putain, Alain. Mais t’as quel âge pour écrire ça ? t’aimes pas être ébloui, être débordé,être dans l’expectative, être dépassé, ne rien comprendre à certains trucs dans la vie ? tu veux tout maîtriser ? tu m’énerves coco. allez allez, ouste.

    Va lire les cahiers de mars 86 avec l’interview de Stévenin et de Dodet et reviens nous en meilleur forme.
    Double messieurs est le meilleur film français sorti en 86 avec Thérère et Maine Océan. Ce n’est pas une proposition, c’est un fait.

    Je vous embrasse tous.

  3. Ce serait gentil de ne pas agresser nos commentateurs de la sorte.
    On cause…
    🙂

    D’autant plus que dire « Va lire ceci et après tu pourras causer » me paraît toujours discutable car je suis de plus en plus partisan de dire qu’un film doit pouvoir être apprécié sans lire le mode d’emploi.

    Peut-être que Double Messieurs est l’un des meilleurs films français de 1986… mais ce serait bien d’argumenter cette affirmation un tant soit peu pour être plus convaincant.

  4. Un soir alors que nous étions en vacances à font-Romeu nous sommes rentrés dans la salle de cinéma qui en 1986 passait ce film : Je dis à ma femme  » t’as vu, on dirait qu’il y a Belmondo qui joue dans ce film mais c’est bizarre on a rien entendu sur le sujet  » Pressés par l’horaire nous sommes rentrés sans hésiter voir ce film…
    Et nous avons été subjugués par la densité du spectacle…En fait Belmondo c’était Yves Afonso un illustre inconnu et jusqu’à la fin du film nous avons espéré voir surgir une action inattendue… Hélas nous sommes restés sur notre fin et les trois quart des spectateurs étaient sortis avant la fin du film en criant parfois  » Remboursez… »
    Ce film nous a laissé un souvenir inoubliable car il est d’une nullité absolue et totale, à tel point que nous l’avons acheté en cassette vhs quelques années plus tard et prêté à de nombreux amis en leur garantissant qu’ils passeraient un délicieux moment en regardant cette aventure policière haletante si riche en rebondissements ! ! !
    Bref, ON A TOUS BIEN RI et la cassette est passée de mains en mains avec à chaque fois la promesse d’un moment formidable pour un film formidable mais chacun s’est vite rendu compte que ce film est d’une bêtise et d’une nullité totale : Ca n’a ni queue ni tête, on croit qu’il va se passer quelque chose mais il ne se passe rien, le  » Belmondo  » c’est Yves Afonso et on est déçu car il ne possède ni son humour ni sa présence et tous les autres personnages idem…
    Depuis ce film nous nous méfions fortement des Grands Films titulaires de titres ronflants (prix Cinéma 16, prix d’interprétation et j’en passe et des meilleures…) qui ne sont souvent que de tristes conneries comme les films de Godard ou d’Agnès Varda où l’action est inexistante et sans le moindre intérêt.
    Il est vrai que filmer de la philo n’est pas aussi captivant que Star War ou Harry Potter, mais alors pour Double Messieurs je ne pense pas qu’il soit nécessaire de faire une second opus ! ! ! lol lol lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *