28 février 2006

Vera Drake (2004) de Mike Leigh

Vera Drake Elle :
Les années d’après guerre à Londres. Un désir de confort matériel et d’émancipation s’empare des familles. De nombreuses femmes qui se retrouvent enceintes contre leur gré, recourent à l’avortement dans des cliniques pour les plus aisés et à des avortements clandestins pour les moins riches. Vera Drake, une femme et mère aimante pratique ses avortements pour aider ses femmes dans la détresse. Mike Leigh parvient à créer un film plein de chaleur humaine grâce à des acteurs authentiques et émouvants, une belle mise en scène qui montre sobrement les hypocrisies et les injustices de la société sans jamais donner de leçon. Vera Drake incarne avec émotion cette femme de la classe ouvrière toujours souriante qui travaille chez les riches et se dévoue corps et âme aux autres et à son foyer. Couronné par un Lion d’Or à Venise, ce film sensible pose des questions et permet de comprendre le geste de Vera Drake sans la juger.
Note : 5 étoiles

Lui :
Mike Leigh parvient à mettre beaucoup de vie et d’humanité dans son film, tout en abordant de façon simple le délicat problème des avortements clandestins dans les années cinquante. Il ne porte pas de jugement, il se contente de bien en nous montrer les différents aspects au travers de ce portrait d’une femme ordinaire, formidablement interprétée par Imelda Staunton. Un film tout simplement très humain.
Note : 4 étoiles

Acteurs: Imelda Staunton, Richard Graham, Eddie Marsan, Anna Keaveney, Alex Kelly, Daniel Mays
Voir la fiche du film et la filmographie de Mike Leigh sur le site IMDB.

Voir les autres films de Mike Leigh chroniqués sur ce blog…

Un commentaire sur « Vera Drake (2004) de Mike Leigh »

  1. Bonjour, je suis très ému par ce film. La condition de la femme avant la pilule. Le fait d’être considérée comme une putain alors que l’on fait simplement l’amour. Tout cela peut faire prendre conscience que l’homme est souvent bien lâche mais que son jugement est au-dessus des sentiments et sans appel puisqu’il est le Mâle ou peut-être devrait-on dire le Mal, simplement. Je suis un peu lugubre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *