23 mars 2011

Johnny roi des gangsters (1941) de Mervyn LeRoy

Titre original : « Johnny Eager »

Johnny roi des gangstersLui :
Libéré sur parole, Johnny Eager est en apparence chauffeur de taxi. En réalité, il est à la tête d’une petite organisation de paris clandestins. Rusé et n’accordant aucune place aux sentiments, il manœuvre habilement pour faire ouvrir un cynodrome, pour les courses de lévriers…
Les années trente et début des quarante aux Etats-Unis ont été la grande époque des films de gangsters. Johnny, roi des gangsters est rarement cité parmi les films de ce genre qui a précédé le film noir. Il a pourtant de grands attraits : Johnny roi des gangsters tout d’abord un scénario intelligent reposant sur des manœuvres assez subtiles et même habiles du personnage central et surtout une fabuleuse interprétation. Robert Taylor est ici dans l’un de ses plus beaux rôles et face à lui, Lana Turner, avec enfin un rôle de tout premier plan, est lumineuse, renversante de beauté. Mais, plus remarquable encore est Van Heflin, bouleversant dans un second rôle, un personnage d’une étonnante profondeur qui lui valut un Oscar.
Note : 4 étoiles

Acteurs: Robert Taylor, Lana Turner, Edward Arnold, Van Heflin, Robert Sterling
Voir la fiche du film et la filmographie de Mervyn LeRoy sur le site IMDB.

Voir les autres films de Mervyn LeRoy chroniqués sur ce blog…

Une réflexion sur « Johnny roi des gangsters (1941) de Mervyn LeRoy »

  1. Très bon film avec un casting 5 étoiles. Comme vous le signalez, Van Heflin est excellent: son personnage sensible et lettré est inhabituel dans ce genre de film.

    Quant à Lana Turner, elle est absolument remarquable. On a eu tendance (moi le premier) à lui coller une image de femme fatale, sans doute à cause du Facteur sonne toujours deux fois.
    Or, ici, LeRoy lui offre un rôle superbe de jeune femme de bonne famille amoureuse d’un gangster pour lequel elle est prête à tout sacrifier.
    Le même LeRoy lui offrira six ans plus tard un rôle encore plus intéressant, celui d’une infirmière militaire, aux côtés de Clark Gable, dans Le Retour. Elle y est lumineuse, complétement débarrassée de son image glamour. Un film bouleversant que je vous recommande.
    Bonnes fêtes de fin d’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *