30 mars 2010

Le 49ème parallèle (1941) de Michael Powell

Titre original : « 49th parallel »
Titre (USA) : « The invaders »

Le 49ème parallèle Lui :
Un sous-marin allemand, maraudant près de Terre Neuve, est forcé de fuir par le Détroit d’Hudson au nord du Canada. Il est alors coulé par l’aviation canadienne mais un groupe de six allemands réussit à mettre pied à terre. Ils vont s’efforcer de rejoindre les Etats-Unis pour s’y réfugier…
Le 49e Parallèle a été financé par le Ministère de l’Information britannique. C’est la première grande fiction de propagande de la seconde Guerre Mondiale, le scénario ayant été écrit par Emeric Pressburger. Le film a été tourné en 1940/41, à une époque où le Canada avait déclaré la guerre à l’Allemagne mais où les Etats-Unis restaient neutres. Le 49e Parallèle milite donc en faveur d’une prise de position des USA, le propos étant ici de démontrer que personne n’est à l’abri de l’envahisseur nazi et de faire bien prendre conscience de la notion de civilisation en danger. Sur le plan cinématographique, nous sommes très loin du film précédent de Powell, Le lion a des ailes, assemblé à la hâte. Le 49e parallèle bénéficie d’un scénario solide et riche et Powell eut tous les moyens nécessaire pour aller tourner en grande partie sur place au Canada ce qui lui permet de nous gratifier de superbes images extérieures. Quelques stars comme Laurence Olivier, Raymond Massey ou Leslie Howard apportèrent un surcroît de stature, mais le plus remarquable est Eric Portman qui interprète l’officier allemand. Son discours dans la communauté rurale est un moment extrêmement fort. Le film doit également beaucoup à David Lean qui en assura entièrement le montage. Le rythme est enlevé et le film ne comporta aucun temps mort pendant ses deux heures. Le 49e parallèle remportât un vif succès, y compris aux Etats-Unis où il fut distribué sous le nom encore plus explicite de The Invaders (les envahisseurs).
Note : 4 étoiles

Acteurs: Eric Portman, Laurence Olivier, Finlay Currie, Anton Walbrook, Leslie Howard, Raymond Massey
Voir la fiche du film et la filmographie de Michael Powell sur le site IMDB.

Voir les autres films de Michael Powell chroniqués sur ce blog…

Remarques :
Le 49e parallèle marque la frontière entre la Canada et les Etats-Unis sur toute sa moitié ouest, soit plus de 2000 kms.

Une réflexion sur « Le 49ème parallèle (1941) de Michael Powell »

  1. Certes, il est de 1941, mais ce film  » n’a pas pris une ride! ». C’est dans le cadre d’un ciné-club que j’avais initié que j’ai fais découvrir à mes élèves de 1ères et Terminales de chef d’oeuvre.Dubitatifs au début de la séance, ils sont sortis conquis 2h plus tard, et l’analyse et les commentaires qu’ils surent en faire restent l’un de mes meilleurs moments d’enseignant et de cinéphile. Ils n’oublieront jamais Laurence Olivier fredonnant « gentil coquelicot » tout en ridiculisant les sous- mariniers allemands, Ils furent marqués aussi par la leçon de démocratie anti-nazie de ‘Anton Walbrook, la défense de l’art, y compris l’art moderne par Leslie Howard face aux 2 hitlériens excédés. Et puis, tous furent surpris par la modernité de certaines séquences , notamment la fête indienne interrompue par l’appel de l’officier de la police montée qui informe de la présence des nazis dans la foule et demande à chacun d’observer dans le silence ses voisins pendant qu’il fait au micro, la description de chacun d’eux. Ils furent aussi amusés de la scène finale dans le train et de l’excellent face à face entre Eric Portman l’arrogant nazi et Raymond Massey, le brave troufion. Enfin, ce film formidable bénéficie d’une musique magnifique de Ralph Vaugham Williams. Cette mélodieuse composition pleine de sobriété et de noblesse s’imprime parfaitement au film. Bref, parlez-en autour de vous, voyez ce bijou encore trop méconnu…je suis déjà jaloux de celle ou celui qui découvre ce film pour la première fois!!….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *