10 mars 2007

Les croisades (1935) de Cecil B. DeMille

Titre original : The crusades

Les croisadesElle :
Reconstitution de la 3ème croisade de 1189 vers Jérusalem. Richard Coeur de Lion, Philippe Auguste ainsi que d’autres rois y prennent part pour libérer Jérusalem des sarrasins ou musulmans. La rivalité entre le roi de France et le roi d’Angleterre autour de la future reine d’Angleterre devient l’enjeu de la réussite de la croisade vers la sainte-croix. C’est un film intéressant qui nous permet de revoir cette partie de l’Histoire.
Note : 4 étoiles

Lui :
Somptueux spectacle, cette grande épopée de Cecil B. DeMille n’a que peu vieilli et il est toujours surprenant de voir comment ces films des années 30 supportent si bien la comparaison avec les grandes productions actuelles. La figuration est bien-sûr impressionnante, notamment dans les scènes de départs de croisade et de siège. L’intrigue, un peu romancée, est prenante. Tout est donc réuni pour un grand spectacle teinté d’exotisme.
Note : 5 étoiles

Acteurs: Loretta Young, Henry Wilcoxon
Voir la fiche du film et la filmographie de Cecil B. DeMille sur le site imdb.com.

Voir les autres films de Cecil B. DeMille chroniqués sur ce blog…

The CrusadesHenry Wilcoxon, Loretta Young et Ian Keith
photo publicitaire pour The Crusades de Cecil B. DeMille

2 réflexions sur « Les croisades (1935) de Cecil B. DeMille »

  1. Je crains ne pas être en accord avec vos appréciations sur ce film.
    Je viens de visionner « The Crusades » qui, loin d’être un film historique, est une fantaisie hollywoodienne !
    Le film raconte la troisième croisade, appelée « Croisade des Rois », à laquelle prirent part Philippe Auguste de France, Richard Ier Cœur de Lion d’Angleterre et l’empereur germanique Frédéric Barberousse, en route pour reconquérir le tombeau du Christ à Jérusalem occupée par Saladin, le sultan d’Égypte autoproclamé !
    Il ne faut pas chercher dans ce film ce qui n’y est pas, c’est-à-dire la réalité des faits historiques. Le scénario est une manipulation d’emprunts à d’autres croisades et rassemblés sans souci chronologique en une sorte de patchwork hétéroclite…
    Certaines séquences sont assez farfelues, comme le départ des troupes en chantant au son des trompettes thébaines et toutes oriflammes déployées… Les costumes et accessoires guerriers aussi sont assez fantaisistes, comme par exemple le heaume avec des ailes de chauve-souris et une visière à coulisse de Richard Cœur de Lion qui n’aurait pas détonné dans une scène d’un « space opera »…
    Les personnages aussi sont assez malmenés, en particulier Richard Cœur de Lion, le personnage principal du film. L’interprétation d’Henry Wilcoxon est le parfait exemple du héros type du cinéma hollywoodien de l’époque, fougueux et romantique, à l’opposé du personnage politique mesuré tel qu’il est décrit dans les annales.
    Le film met aussi en évidence l’appel de Pierre l’Ermite à partir à la reconquête de Jérusalem, alors que ce dernier était déjà mort depuis 74 ans ! C’est sur les instances du pape Grégoire VIII que se décida la 3ème croisade !
    Katherine DeMille (la fille adoptive du réalisateur) est Alice de France, la fille de Philippe Auguste, du moins dans le film car elle était en réalité la fille de Louis VII !
    Malgré une accumulation de dérapages historiques et de concessions au système hollywoodien, « Les Croisades » est globalement un film distrayant à défaut d’être mémorable.

    PS: Petit rectificatif au texte de « Elle », la 3ème croisade s’est déroulée en 1189 et non en 1183…

  2. Merci beaucoup pour toutes ces précisions historiques.
    Effectivement, comme vous le dites, il semble donc qu’il ne faille pas chercher ici la vérité historique!
    (Et j’ai corrigé 1183 -> 1189, merci.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *