2 avril 2020

1492: Christophe Colomb (1992) de Ridley Scott

Titre original : « 1492: Conquest of Paradise »

1492: Christophe Colomb (1492: Conquest of Paradise)1492. Le navigateur Christophe Colomb tente en vain de convaincre les théologiens catholiques qu’une route vers les Indes en passant par l’ouest existe. Un armateur et un banquier le présentent à la Reine de Castille qui lui accorde son voyage en échange de sa promesse de rapporter suffisamment de richesses en or…
Pour célébrer le 500e anniversaire de la découverte de l’Amérique, deux longs métrages sont sortis sur les écrans à quelques semaines d’intervalle en 1992. Le film franco-britannico-espagnol de Ridley Scott est le plus intéressant des deux car il dépasse les simples clichés et images d’Epinal. Le récit se concentre, d’une part, sur les intrigues politiques et le poids du clergé dans sa patrie d’origine et, d’autre part, sur ses relations avec les indigènes des îles découvertes et l’esclavage mis en place. Il n’en parait que plus authentique même s’il épargne son personnage principal (1). Ayant bénéficié d’un beau budget, la mise en scène est à la hauteur des grandes épopées, le principal excès se situant au niveau de la musique de Vangelis, lourde et grandiloquente. C’est Ridley Scott qui a exigé que le rôle-titre soit tenu par Gérard Depardieu qui fait une excellente prestation, donnant beaucoup de présence et d’enthousiasme à son personnage. Le film a connu un beau succès en France et même en Europe mais fut un échec de l’autre côté de l’Atlantique.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Gérard Depardieu, Armand Assante, Sigourney Weaver, Loren Dean, Ángela Molina, Fernando Rey, Tchéky Karyo
Voir la fiche du film et la filmographie de Ridley Scott sur le site IMDB.

Voir les autres films de Ridley Scott chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Ridley Scott

Remarques :
* Le film de Ridley Scott est sorti dans le monde la semaine du 12 octobre 1992, cinq cents ans jour pour jour après que Christophe Colomb a posé le pied sur l’île de Guanahani (dont on ne connait toujours pas avec certitude l’emplacement exact).
* L’autre film sur Christophe Colomb sorti en 1992 :
Christophe Colomb: La découverte (Christopher Columbus: The Discovery) de John Glen avec Georges Corraface et Marlon Brando. Ce fut un échec commercial.

(1) La brutalité de la domination sur les indigènes est attribuée aux nobles qui l’ont accompagné dès le deuxième voyage alors que les dernières recherches sembleraient indiquer que Christophe Colomb et ses frères en auraient été grandement responsables.

1492: Christophe Colomb (1492: Conquest of Paradise)Gérard Depardieu dans 1492: Christophe Colomb (1492: Conquest of Paradise) de Ridley Scott.

1492: Christophe Colomb (1492: Conquest of Paradise)1492: Christophe Colomb (1492: Conquest of Paradise) de Ridley Scott.

1 avril 2020

Green Book: Sur les routes du sud (2018) de Peter Farrelly

Titre original : « Green Book »

Green Book: Sur les routes du sud (Green Book)En 1962, à New York, Frank Vallelonga, un videur italo-américain, est embauché comme chauffeur et garde du corps par le pianiste noir Don Shirley, pour une tournée de huit semaines à travers le Midwest et le Sud profond…
Avant Green Book, Peter Farrelly avait surtout tourné avec son frère Bobby des comédies d’humour potache. Il fait ici une incursion dans un registre plus dramatique, réussissant un bel équilibre pour aborder un sujet grave avec une certaine légèreté de ton et humour mais sans caricature. Cette cohabitation forcée entre un américain beauf et xénophobe et son patron noir raffiné nous réserve en effet des moments très drôles tout en nous rappelant les aberrations de cette période pas si lointaine. L’histoire est véridique. Viggo Mortensen fait une superbe prestation. Le film a connu un grand succès.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Viggo Mortensen, Mahershala Ali, Linda Cardellini
Voir la fiche du film et la filmographie de Peter Farrelly sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Peter Farrelly chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Les lois ségrégationnistes (les Lois Jim Crow) n’ont été abolies qu’en 1964-1965.
* Le Negro Motorist Green-Book était un guide destiné aux Afro-Américains, publié annuellement de 1936 à 1966 par un postier noir de New York, Victor Hugo Green. Le guide listait les lieux qui ne discriminait pas les Noirs : les hôtels, les restaurants, mais aussi les garages et autres commerces.
* Les sundown towns étaient des villes pratiquant un couvre-feu envers les Noirs après le coucher du soleil.
* Le vrai Frank Vallelonga a fait un peu cinéma par la suite, dans des rôles de figuration (Le Parrain, L’année du Dragon, Les Affranchis, … et aussi dans la série Les Soprano) sous son pseudonyme, Tony Lip.

Green Book: Sur les routes du sud (Green Book)Mahershala Ali et Viggo Mortensen dans Green Book: Sur les routes du sud (Green Book) de Peter Farrelly.

31 mars 2020

Sommaire de mars 2020

Olivier le huitièmeLaurel et Hardy en wagon-litUn homme et une femmeSensesSilent VoiceL’arnaqueLa Cité de la peurMa Loute

Olivier le huitième

(1934) de Lloyd French

Laurel et Hardy en wagon-lit

(1929) de Lewis R. Foster

Un homme et une femme

(1966) de Claude Lelouch

Senses

(2015) de Ryûsuke Hamaguchi

Silent Voice

(2016) de Naoko Yamada

L’arnaque

(1973) de George Roy Hill

La Cité de la peur

(1994) de Alain Berbérian

Ma Loute

(2016) de Bruno Dumont

Une femme d’affairesSaltMary et la fleur de la sorcièreLulu femme nueUne soirée étrangeLa Maison de la peurMarylandPassion

Une femme d’affaires

(1981) de Alan J. Pakula

Salt

(2010) de Phillip Noyce

Mary et la fleur de la sorcière

(2017) de Hiromasa Yonebayashi

Lulu femme nue

(2013) de Sólveig Anspach

Une soirée étrange

(1932) de James Whale

La Maison de la peur

(1930) de James Parrott

Maryland

(2015) de Alice Winocour

Passion

(2008) de Ryûsuke Hamaguchi

Asako I & IILe Chant du loupLe Rideau de ferKingsman: Le cercle d’orArcticTout en haut du mondeLe Chat du rabbin

Asako I & II

(2018) de Ryûsuke Hamaguchi

Le Chant du loup

(2019) de Antonin Baudry

Le Rideau de fer

(1948) de William A. Wellman

Kingsman: Le cercle d’or

(2017) de Matthew Vaughn

Arctic

(2018) de Joe Penna

Tout en haut du monde

(2015) de Rémi Chayé

Le Chat du rabbin

(2011) de Joann Sfar et Antoine Delesvaux

Nombre de billets : 23

30 mars 2020

Olivier le huitième (1934) de Lloyd French

Titre original : « Oliver the Eighth »

Olivier le huitième (Oliver the Eighth)(Court métrage de 27 min) Stan et Oliver tiennent une boutique de barbier/coiffeur. Après avoir répondu à l’annonce d’une riche veuve se cherchant un mari, Oliver arrive dans une bien étrange demeure…
Si le point de départ de Oliver the Eighth peut sembler assez proche de celui de The Laurel-Hardy Murder Case (1930), le développement est très différent car l’accent est mis sur l’étrange et l’onirisme plutôt que sur l’horreur. Nous sommes surpris en permanence par la tournure des évènements qui sont particulièrement inhabituels. Le film est bien équilibré, sans étirements de gags. Une réussite.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, Mae Busch
Voir la fiche du film et la filmographie de Lloyd French sur le site IMDB.

Voir les livres sur Laurel et Hardy

Remarque :
En Angleterre (et même ailleurs en Europe comme en témoigne l’affiche allemande ci-dessus), le film a été distribué sous le titre The Private Life of Oliver the Eighth, probable clin d’œil au film anglais The Private Life of Henry VIII d’Alexandre Korda qui avait triomphé sur les écrans l’année précédente avec Charles Laughton.

Olivier le huitième (Oliver the Eighth)Jack Barty, Oliver Hardy et Stan Laurel dans Olivier le huitième (Oliver the Eighth) de Lloyd French.

29 mars 2020

Laurel et Hardy en wagon-lit (1929) de Lewis R. Foster

Titre original : « Berth Marks »

Laurel et Hardy en wagon-lit (Berth Marks)(Court métrage de 19 minutes) Stan et Oliver sont artistes de cabaret. Pour se rendre à leur prochain engagement à Pottsville, ils doivent prendre le train avec leur instrument (de la taille d’un violoncelle)…
Berth Marks existe en deux versions, l’une muette et l’autre parlante, cette dernière constituant le deuxième film parlant de Laurel et Hardy. La recherche à tout prix d’effets sonores burlesques alourdit l’ensemble et certains gags, pourtant excellents à la base, sont étirés au point de paraître laborieux. Par manque de rythme, Berth Marks semble ainsi bien inférieur aux autres courts métrages du duo. Le passage du muet au parlant était une affaire bien délicate. A noter que Paulette Goddard fait ici sa première apparition au cinéma (la passagère dans la couchette du bas quand Stan s’emmêle dans le rideau avec son instrument).
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy
Voir la fiche du film et la filmographie de Lewis R. Foster sur le site IMDB.

Voir les autres films de Lewis R. Foster chroniqués sur ce blog…

Laurel et Hardy en wagon-lit (Berth Marks)Oliver Hardy et Stan Laurel dans Laurel et Hardy en wagon-lit (Berth Marks) de Lewis R. Foster.

28 mars 2020

Un homme et une femme (1966) de Claude Lelouch

Un homme et une femmeAnne, une script-girl, ne parvient pas à oublier son mari, un cascadeur mort dans un accident sur un tournage. Jean-Louis, coureur automobile, est lui aussi veuf. Tous deux ont un enfant en pensionnat à Deauville et c’est là qu’ils se rencontrent…
Claude Lelouch a fait irruption dans le cinéma français avec ce film aux allures de roman-photo sentimental. Il reprendra plusieurs fois par la suite ce type d’histoire simple où les personnages ont une deuxième chance pour trouver l’amour avec un grand A. Il manie la caméra avec grande virtuosité, ne se privant d’aucun effet pour délivrer une image séduisante et empreinte d’un lyrisme appuyé. La musique de Francis Lai fusionne avec le récit, son entêtant « chabadabada » reste lié au film. On peut se laisser séduire ou trouver tout cela bien vide. Le succès populaire fut immense. Palme d’Or à Cannes 1966.
Elle: 4 étoiles
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Anouk Aimée, Jean-Louis Trintignant, Pierre Barouh, Valérie Lagrange
Voir la fiche du film et la filmographie de Claude Lelouch sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Claude Lelouch chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Claude Lelouch

Remarques :
* Pour des raisons de budget, Claude Lelouch a tourné son film en partie en noir et blanc (scènes d’intérieur principalement, du fait de la basse lumière) et en partie en couleur.
* Le fils de Trintignant est interprété par le fils de l’homme de radio Gérard Sire, ami du cinéaste. On entend la belle voix de Gérard Sire à plusieurs reprises (lors des retransmissions radio et télévisées).

* Suites :
1) Un homme et une femme, 20 ans déjà de Claude Lelouch (1986) avec les même acteurs. Le réalisateur a lui-même avoué que l’idée de faire ce film était une erreur de sa part.
2) Les plus belles années d’une vie de Claude Lelouch (2019) avec les mêmes acteurs.

 Un homme et une femmeJean-Louis Trintignant et Anouk Aimée dans Un homme et une femme de Claude Lelouch.

27 mars 2020

Senses (2015) de Ryûsuke Hamaguchi

Titre original : « Happî awâ »

Senses (Happî awâ)A Kobe, au Japon, quatre femmes trentenaires partagent une amitié sans faille et n’ont aucun secret entre elles, du moins le croient-elles. Aucune n’est vraiment heureuse dans sa vie personnelle et le divorce de l’une d’elles va occasionner des réactions très différentes…
Ce film de 5h17 de Ryûsuke Hamaguchi a été segmenté en trois parties pour son exploitation en France, suivant un chapitrage assez artificiel en fonction des cinq sens et affublé d’un titre anglais (le titre anglo-saxon Happy Hour correspond au titre original). Le film trouve son origine dans un atelier d’improvisation qui s’est déroulé à Kobe au sein du programme « Artistes en résidence » de KIITO et dont la thématique principale était « comment pouvons-nous mieux nous écouter les uns les autres ? ». Le résultat est une étonnante proposition de cinéma qui s’étire en scènes de dialogues à plusieurs où les motivations de chacune nous apparaissent peu à peu pour être mieux remises en question par la suite. Le propos général est assez sombre, le pessimisme trouvant son principal terreau dans une vision très noire du couple. Il accorde beaucoup de place à la perception, au ressenti. Les quatre actrices principales ne sont pas des comédiennes professionnelles. L’ensemble est indéniablement plutôt long. Ce film audacieux a été très bien accueilli par la critique.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Sachie Tanaka, Hazuki Kikuchi, Maiko Mihara, Rira Kawamura
Voir la fiche du film et la filmographie de Ryûsuke Hamaguchi sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Ryûsuke Hamaguchi chroniqués sur ce blog…

Découpage du distributeur français :
Senses 1 et 2 : 2 h 19
Senses 3 et 4 : 1 h 25
Senses 5 : 1 h 15
(ce qui, bizarrement, ne donne pas un total de 317 minutes)

Senses (Happî awâ)Maiko Mihara, Hazuki Kikuchi, Rira Kawamura et Sachie Tanaka dans Senses (Happî awâ) de Ryûsuke Hamaguchi.

25 mars 2020

Silent Voice (2016) de Naoko Yamada

Titre original : « Koe no katachi »

Silent Voice (Koe no katachi)A l’école, Nishimiya est harcelée par Ishida car elle est sourde. Des années plus tard, le garçon, lui-même finalement rejeté par ses camarades à cause de son comportement, part à la recherche de la jeune fille…
Produit par Kyoto Animation, Silent Voice est un film d’animation basé sur la série de mangas du même nom, écrits et illustrés par Yoshitoki Ōima et parus en 2013-2014. Ce manga a connu un grand succès au Japon car il abordait de façon délicate deux sujets tabous : le handicap et le harcèlement. Le film fait lui aussi preuve d’une grande sensibilité. L’histoire est assez touchante, tout en explorant assez profondément les relations sociales. Les thèmes de l’exclusion, de la culpabilité et du pardon sont très présents. Le fait que ce soit des adolescents permet d’évacuer toutes autres notions (économiques notamment) pour mieux se concentrer sur les rapports humains. Nous sommes bien loin de la banalité, il n’y a là aucune facilité, aucune dramatisation ni aucune morale. Sous une apparence de simplicité, cette histoire montre en réalité une belle complexité ; elle ouvre un grand champ de réflexion et il ne paraît pas exagéré de la qualifier de « conte philosophique ».  Dans sa forme, le film est assez attrayant, avec des plans bien composés et des angles de vue souvent surprenants mettant en avant des objets ou des détails.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs:
Voir la fiche du film et la filmographie de Naoko Yamada sur le site IMDB.

 Silent Voice (Koe no katachi)Silent Voice (Koe no katachi) de Naoko Yamada.

 Silent Voice (Koe no katachi)Silent Voice (Koe no katachi) de Naoko Yamada.

24 mars 2020

L’arnaque (1973) de George Roy Hill

Titre original : « The Sting »

L'arnaque (The Sting)A Chicago, en 1936, Johnny Hooker et son acolyte Coleman volent sans le savoir le convoyeur de fonds de Doyle Lonnegan, un dangereux gangster de New York. Coleman est aussitôt abattu par le gang de ce dernier et Hooker se réfugie chez Henry Gondorff, un spécialiste de L’arnaque. Ceux-ci décident alors de venger la mort de Coleman en montant une escroquerie de grande ampleur pour mettre Lonnegan sur la paille…
Après le grand succès de Butch Cassidy et le Kid du même George Roy Hill (1969), la tentation fut grande pour les studios de réunir à nouveau le même tandem d’acteurs, les deux plus grands charmeurs d’Hollywood en ce début des années soixante dix, Paul Newman et Robert Redford. Ils se retrouvent parachuté de nouveau dans un contexte historique, cette fois plus récent, celui de la Grande Dépression. L’histoire est si alambiquée que le scénariste David S. Ward a choisi de détailler méthodiquement chaque phase de cette arnaque assez démesurée, ce qui a également pour effet de renforcer la notion de spectacle et le plaisir du spectateur. La reconstitution est soignée et le monde des gangsters est à la fois réaliste et onirique. L’ensemble est assez long, un peu ennuyeux et plutôt froid avec un beau twist final toutefois. L’énorme succès populaire de ce film commercial fut salué par sept Oscars.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Paul Newman, Robert Redford, Robert Shaw, Charles Durning, Ray Walston, Eileen Brennan
Voir la fiche du film et la filmographie de George Roy Hill sur le site IMDB.

Voir les autres films de George Roy Hill chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* La musique, avec le célèbre morceau de Scott Joplin The Entertainer, déclencha la redécouverte du ragtime. A noter que la popularité première du ragtime (1900-1920) ne correspond pas vraiment à la période du film (1936).
* 11 000 dollars de 1936 (la somme dérobée au convoyeur de fonds) sont équivalents à 200 000 dollars de 2020. Et les 50 000 dollars de l’arnaque sont équivalents à près de 1 million de dollars actuels.
* Le nom du personnage de Robert Redford (Johnny Hooker) aurait été donné afin de rendre hommage au chanteur de blues John Lee Hooker. Les personnages de Henry Gondorff, J. J. Singleton, Kid Twist et Eddie Niles sont ceux de véritables escrocs américains du premier quart du XXe siècle : le film est en fait basé sur la vie des frères Charles et Fred Gondorff qui ont tenté une escroquerie similaire à celle montrée dans le film mais qui, elle, a échoué (1914) (dixit Wikipedia) .
* Le film a connu une suite :
L’arnaque 2 (The Sting II) de Jeremy Kagan avec Jackie Gleason et Mac Davis, jugé généralement très mauvais par ceux qui l’ont vu.

 L'arnaque (The Sting)Robert Redford dans L’arnaque (The Sting) de George Roy Hill.

 L'arnaque (The Sting)Paul Newman dans L’arnaque (The Sting) de George Roy Hill.

23 mars 2020

La Cité de la peur (1994) de Alain Berbérian

La Cité de la peurA Cannes, pendant le Festival, une attachée de presse tente de faire parler de son film « Red is Dead », un film d’horreur de série Z. Sans grand résultat. Mais tout change lorsqu’un tueur commet des meurtres exactement de la même manière que dans le film. Les victimes sont des projectionnistes. Aidée par un policier garde du corps, elle fait venir l’acteur principal, un peu simplet…
La Cité de la peur est la première incursion au cinéma de Les Nuls, après le succès de leurs sketches sur la chaîne cryptée Canal+. L’histoire est complètement loufoque et personne ne se prend au sérieux dans cette comédie en roue libre. Les parodies et clins d’oeil sont nombreux, l’humour est continuel, tout au plus pourra-t-on reprocher certains étirements de quelques gags. Bien qu’un peu brouillonne et moins travaillée que leurs productions ultérieures, cette « comédie familiale » résiste bien à l’épreuve du temps.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Chantal Lauby, Alain Chabat, Dominique Farrugia, Gérard Darmon
Voir la fiche du film et la filmographie de Alain Berbérian sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Alain Berbérian chroniqués sur ce blog…

La Cité de la peurChantal Lauby, Dominique Farrugia et Alain Chabat dans La Cité de la peur d’Alain Berbérian.

La Cité de la peurAlain Chabat et Gérard Darmon dansent La Carioca à la façon Fred Astaire / Ginger Rodgers
dans La Cité de la peur d’Alain Berbérian.

Homonyme :
La Cité de la peur (Station West) de Sidney Lanfield (1948) avec Dick Powell et Jane Greer (western).